ADIASEAA

Des procédures d’assistance adaptées à chacune de nos structures

La maison d’enfants de Déols accueille des enfants et adolescents de 6 à 18 ans en internat ou en accueil de jour.

Des procédures d’assistance adaptées à chacune de nos structures

Picto éducation

Scolarisation et formation externes

La maison d’enfants de Déols accueille des enfants et adolescents de 6 à 18 ans en internat ou en accueil de jour.

Scolarisation et formation externes

La scolarité et la formation professionnelle sont un point d’ancrage essentiel de toute démarche éducative visant une intégration sociale dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance.

 

Le projet scolaire ou professionnel est élaboré en collaboration étroite entre l’enfant ou le jeune, les représentants légaux [pour les mineurs et majeurs protégés], le référent, l’équipe éducative, le service gardien, et en lien avec l’école ou le centre de formation.

 

Le partenariat est très diversifié dans la mesure où les jeunes de la Maison d’enfants suivent des formations et des scolarités tout à fait diverses en fonction de la situation de l’enfant. Aussi, notre partenariat se fait principalement sur les écoles primaires, secondaires, de Déols et Châteauroux, et quelques lycées, mais également sur les établissements techniques et les C.F.A.

Situations particulières

Dans des cas de rupture scolaire ou professionnelle qui mettent en situation de danger le mineur, en accord avec les représentants légaux (père et mère, tuteur…), l’établissement offre la possibilité d’un temps de respiration s’appuyant sur une activité en cuisine, en lingerie, au service entretien de la MECS ou avec les éducateurs. Ce travail favorise la relation individualisée propice à l’échange, et a pour but de réconcilier le jeune avec l’environnement professionnel et le remobiliser dans une action éducative positive. Ce travail interne à la MECS s’inscrit cependant dans un dispositif plus large. En effet, pour les jeunes en voie ou en cours de déscolarisation, une commission [2] se réunit afin de définir avec le jeune un programme individualisé dans lequel chacun des partenaires apporte son savoir-faire. Il est ainsi envisageable un montage en alternance entre une scolarisation, des stages et des temps de rupture sur la MECS, afin d’avoir une action éducative en milieu ouvert.

 

Membres de la commission : Éducation nationale, mission locale, parents du jeune, service gardien, éventuellement secteur soin, MECS et le jeune lui-même.

Dispositif d’accueil de jour

Malgré le partenariat étroit avec l’Éducation nationale et les dispositifs inventés pour permettre la rescolarisation de jeunes en rupture, force est de constater qu’une frange de notre public est en telle difficulté au niveau de l’intégration scolaire que les dispositifs classiques semblent inadaptés. La MECS de Déols a donc mis en œuvre un dispositif d’accueil de jour pour 10 jeunes (6 internes, 4 externes) de 8h à 17h du lundi au vendredi pour les mineurs dont la situation familiale ne nécessite pas un placement provisoire en structure.

 

Le dispositif d’accueil de jour a pour objectif

 

– D’apporter un cadre éducatif en journée à des jeunes en totale rupture sociale et professionnelle.

– De travailler avec eux des acquis scolaires minima.

– De leur permettre de travailler dans un domaine précis (maçonnerie, espaces verts…).

– De verbaliser et objectiver leur projet professionnel.

– De permettre ponctuellement l’accompagnement de mesures de réparation pénale (PJJ).

 

Moyens mis en œuvre

 

– 1 éducateur scolaire – 1 éducateur technique.

– 1 éducateur sportif ponctuellement détaché de l’internat.

– 1 local mis à disposition et du matériel pour réaliser les travaux demandés – 1 local réservé à l’apprentissage (salle de cours et informatique).

– Une chambre d’accueil d’urgence aménagée sur l’internat pour permettre en cas de dégradation de la situation familiale, et en accord avec les services placeurs, d’accueillir ponctuellement le jeune en internat.

 

La dimension scolaire

 

Pour les 13/16 ans (en âge d’obligation scolaire), un éducateur scolaire a pour mission d’aménager des temps de remise à niveau concernant les apprentissages élémentaires. Il s’agit là de permettre à des jeunes, qui pour certains n’ont pas acquis les fondamentaux, d’assimiler grâce à une pédagogie adéquate les savoirs essentiels (lecture, algèbre, culture générale). Ce travail se réalise en lien avec l’Éducation nationale et, dans certains cas, la réintégration ponctuelle dans un établissement scolaire peut être envisagée. L’éducateur scolaire a aussi pour mission de travailler avec eux autour de leur désir de projet à venir.

 

Pour les 16/18 ans, l’éducateur scolaire a pour mission de travailler sur des acquis scolaires minimum : lecture, algèbre, autres, mais l’objectif est ici beaucoup plus de remplir une mission d’insertion car, comparativement à des enfants plus jeunes ou la rescolarisation est possible, le public des 16/18 ans se trouve souvent en situation scolaire inexistante. Ainsi, l’approche consiste à travailler sur le projet du jeune et à articuler ce dernier avec des formations ou des dispositifs d’insertion extérieurs susceptibles de prendre le relais au cours du placement. L’éducateur scolaire a de plus la faculté d’être en lien avec les structures d’insertion extérieures (Mission Locale, AFPA, GRETA, PAIO) qui sont des relais indispensables en termes d’informations sur les dispositifs existants, mais aussi en termes de lien avec leurs homologues dans le lieu d’habitation du jeune.

 

 

Le travail et l’activité comme support de réinsertion

 

Le dispositif d’accueil de jour n’a pas vocation à dispenser de formation qualifiante dans l’enceinte de l’établissement. Cependant, le travail prend une place prépondérante dans l’organisation du temps. Il est, au même titre que le loisir, un outil pour l’équipe éducative. Il permet, entre autres, de valoriser les individus au travers des tâches réalisées, de donner le goût à l’effort et à la réalisation d’une tâche, de souder le groupe en une équipe susceptible d’effectuer des tâches constructives, et ainsi d’apporter aide et conseil aux mineurs dans le cadre du placement de mesure éducative.

 

Aussi, les compétences de l’équipe éducative permettent d’envisager un certain nombre de travaux dans des domaines aussi divers que la maçonnerie ou l’entretien des espaces verts, l’élagage… Les éducateurs sont ici dans « le faire avec » et n’hésitent pas à montrer la voie en prenant eux-mêmes les outils avec les jeunes. Les autres personnels de la MECS peuvent aussi être mis à profit pour permettre l’encadrement des jeunes sur des tâches spécifiques (entretien, cuisine, lingerie…).

 

Ces travaux s’effectuent en petits groupes (4 jeunes maximum) afin d’éviter des émulations négatives au sein du grand groupe. De plus, le fait de ne pas être tous ensemble à un instant « t » permet aussi d’avoir des choses à se raconter lors de la détente, et ce partage d’informations et d’expériences est aussi un apprentissage de communication constructif. Notre lieu d’implantation offre suffisamment d’espace et de diversité dans les besoins d’entretien pour permettre à ces jeunes d’investir une tâche précise. Ensuite, notre démarche de sensibilisation peut leur permettre de mettre à profit les compétences acquises au service de la société en rendant service à des habitants locaux.

 

 

Le sport, un exutoire propice à la rencontre

 

En dehors des temps de travail et scolarité, l’éducateur sportif de la MECS a vocation à proposer aux jeunes déscolarisés ou accueillis sur le dispositif de journée des activités sportives pour leur développement physique (VTT, foot, footing…). Ces moments sont des instants de détente, de partage et d’effort. Sur des activités individuelles (VTT), les petits groupes sont priorisés. L’entretien du matériel sportif fait l’objet d’un travail en atelier. Ce support n’est donc pas déconnecté du reste du dispositif.

 

Des interventions extérieures ponctuelles

 

Dans le cadre de notre action, nous n’excluons pas de solliciter des interventions extérieures ponctuelles de professionnels ayant des savoir-faire spécifiques. Il s’agit d’interventions de professionnels du bâtiment ou des espaces verts. D’art Thérapeute… Ces personnes viennent compléter notre plateau technique en fonction des besoins du public.

 

Aide aux devoirs

 

Chaque enfant ou jeune, en fonction des nécessités liées à son projet, bénéficie d’une aide et d’un soutien scolaire effectués par les éducateurs, les maîtresses de maison ou des bénévoles, par petits groupes de 3 ou 4, de façon individuelle.

Activités complémentaires

Brevet de sécurité routière et permis de conduire

 

Ce sont des outils nécessaires pour l’insertion socioprofessionnelle. Ainsi, dans le cadre des projets de formation, la MECS met en œuvre des protocoles avec les organismes d’insertion ainsi qu’avec les auto-écoles, afin de permettre aux jeunes de passer tant leur BSR que leur permis de conduire. Il s’agit de montages financiers dans le cadre de dispositifs de droit commun, et d’organisation adaptée à l’emploi du temps du jeune.

Travail de vacances rémunéré

Le temps de vacances est un temps de repos, mais il offre aussi la possibilité pour des adolescents de plus de 16 ans de travailler afin de découvrir le monde de l’entreprise et de gagner un peu d’argent. Ainsi, les éducateurs peuvent guider le jeune dans la recherche d’emploi saisonnier.

Picto protection

Le centre Educatif Renforcé (CER)

La Maison d’enfants de Déol accueille aussi bien des enfants, des adolescents, des jeunes adultes que des fratries. Ce sont des jeunes âgés de 6 à 21 ans ayant été confrontés à des difficultés familiales et personnelles durant leur parcours de vie.

Scolarisation et formations professionnelles

Les jeunes accueillis en CER sont pour certains déscolarisés ou n’ont plus de projet professionnel. À court terme, le projet scolaire ou professionnel est donc à élaborer avec les jeunes durant la session, car c’est au travers de ce projet que l’individu va pouvoir envisager son intégration sociale au sortir de l’établissement.

Ce projet est élaboré en lien avec les responsables légaux et, évidemment, en collaboration avec le jeune accueilli.

 

Si la scolarisation n’est pas la priorité pour un certain nombre de jeunes ayant des troubles du comportement affirmés, il n’en demeure pas moins que nous devons tenir compte de la nécessité d’un maintien de l’instruction durant la session. Aussi, pour les 13/16 ans (en âge d’obligation scolaire), l’éducateur scolaire recruté a pour mission d’aménager des temps de remise à niveau concernant les apprentissages élémentaires. Il s’agit là de permettre à des jeunes, qui pour certains n’ont pas acquis les fondamentaux, d’assimiler grâce à une pédagogie adéquate les savoirs essentiels (lecture, algèbre, culture générale). L’éducateur scolaire a aussi pour mission de travailler avec eux autour de leur désir de projet à venir.

 

Dans le cadre d’une session 16/18 ans, l’éducateur scolaire a pour mission de travailler sur des acquis scolaires minimum : lecture, algèbre, autres, mais l’objectif est ici beaucoup plus de remplir une mission d’insertion car, comparativement à des enfants plus jeunes pour lesquels la rescolarisation au sortir du CER est possible, le public des 16/18 ans se trouve souvent en situation scolaire inexistante.

Ainsi, l’approche consiste à travailler sur le projet du jeune et à articuler ce dernier avec des formations ou des dispositifs d’insertion extérieurs susceptibles de prendre le relais après la fin de la session. Nous voyons ici la nécessité que nous avons de toujours maintenir une homogénéité dans

l’âge d’accueil car le travail autour de l’insertion ou du scolaire est réellement fonction de cet aspect.

L’éducateur scolaire a de plus la faculté d’être en lien avec les structures d’insertion extérieures (Mission Locale, AFPA, GRETA, PAIO) qui sont des relais indispensables en termes d’informations sur les dispositifs existants, mais aussi en termes de lien avec leurs homologues dans le lieu

d’habitation du jeune.

Développement de compétences professionnelles

Le CER n’a pas vocation à dispenser de formation qualifiante dans l’enceinte de l’établissement. Cependant, le travail prend une place prépondérante dans l’organisation du temps. Il est, au même titre que le loisir, un outil pour l’équipe éducative. Il permet, entre autres, de valoriser les individus au travers des tâches réalisées, de donner le goût à l’effort et à la réalisation d’une tâche, de souder le groupe en une équipe susceptible d’effectuer des tâches constructives.

 

Aussi, les compétences de l’équipe éducative permettent d’envisager un certain nombre de travaux dans des domaines aussi divers que la maçonnerie ou l’entretien des espaces verts, l’élagage, la coupe de bois, l’entretien des berges de la rivière. Les éducateurs sont ici dans « le faire avec » et n’hésitent pas à montrer la voie en prenant eux-mêmes les outils avec les jeunes. Ces travaux s’effectuent en petits groupes (3 à 4 jeunes maximum) afin d’éviter des émulations négatives au sein du grand groupe. De plus, le fait de ne pas être tous ensemble à un instant « t » permet aussi d’avoir des choses à se raconter lors de la détente, et ce partage d’informations et d’expériences est aussi un apprentissage de communication constructif. Notre lieu d’implantation offre suffisamment d’espace et de diversité dans les besoins d’entretien pour permettre à ces jeunes d’investir une tâche précise. Ensuite, notre démarche de sensibilisation peut leur permettre de mettre à profit les compétences acquises au service de la société en rendant service à des habitants locaux.

Activités complémentaires

Soucieux de permettre aux jeunes d’acquérir des outils indispensables à la suite de leur projet, l’équipe éducative est en lien avec des partenaires extérieurs pour permettre aux jeunes d’acquérir le brevet de sécurité routière ou les diplômes nécessaires pour la suite de leur parcours.